vendredi, décembre 26, 2014

Quand le steampunk rencontre le fantastique dans l'Angleterre victorienne

J'ai eu l'occasion au mois d'octobre de répondre à un concours lancé par les Éditions Le livre de Poche sur la saga de Gail Carriger : "Le protectorat de l'ombrelle". Concours simple " De qui répondra le plus vite" et, YES!!, j'ai gagné deux tomes de la sagas : merci les Éditions Le livre de Poche !
Comme il ne faut pas rêver non plus j'ai reçu les tomes 4 et 5... donc sur mon site d'achat en ligne préféré (pas dispo dans ma librairie) je me commande donc les trois tomes manquants. 
La saga "Le protectorat de l'ombrelle" de Gail Carriger se compose de 5 tomes : Sans Âme, Sans Forme, Sans Honte, Sans Cœur et Sans Age. J'avoue être intriguée aussi bien par les titres des différents tomes que par le 4e de couv' qui donne vraiment le ton des bouquins :
Alexia Tarabotti doit composer avec quelques contraintes sociales. Primo, elle n’a pas d’âme. Deuxio, elle est toujours célibataire et fille d’un père italien, mort. Tertio, elle vient de se faire grossièrement attaquer par un vampire qui, défiant la plus élémentaire des politesses, ne lui avait pas été présenté. Que faire ? Rien de bien, apparemment, car Alexia tue accidentellement le vampire. Lord Maccon – beau et compliqué, Écossais et loup-garou à ses heures – est envoyé par la reine Victoria pour enquêter sur l’affaire. Des vampires indésirables s’en mêlent, d’autres disparaissent, et tout le monde pense qu’Alexia est responsable. Découvrira-t-elle ce qui se trame réellement dans la bonne société londonienne ? Qui sont vraiment ses ennemis, et aiment-ils la tarte à la mélasse?

lundi, décembre 15, 2014

Là où la SF Fantasy devient le must en matière de littérature

Un changement intéressant est en train de se dérouler ces dernières années qui me laisse le sourire aux lèvres. Je pense que beaucoup on remarquait et certainement en tête les fans de la première heure que nos univers de SF Fantasy sont à la mode. Qui aurait pu se douter d'un changement aussi soudain. Je me rappelle qu'il n'y a encore pas si longtemps, il fallait que j'aille tout au fond dans le coin à gauche de ma librairie préférée pour trouver quelques livres de SF peu nombreux et dont les sagas étaient rarement complètes mais maintenant quand je rentre dans cette même librairie, changement d'atmosphère. En tête de gondole à côté des Marc Levy, Amélie Nothomb et autre Musso, je trouve G. R. R. Martin, Tolkien et pleins de petits nouveaux de la Fantasy comme Lawrence ou Rouaud. 

Je crois que ce changement s'est amorcé avec l'apparition sur nos écrans d'un hobbit bien connu des amateurs de Fantasy. Des films avec une magnifique mise en images d'un univers aussi dense et complexe que celui imaginé par Tolkien dans les années 40 qui ont captivés des milliers de connaisseurs et intrigués des personnes qui pensaient encore que la Fantasy c'était pour les geeks et les amateurs de jeux de rôles.