Bonheur TM de Jean Baret : Avez-vous consommé aujourd'hui ?

by - samedi, janvier 19, 2019

De tous les livres qui sont parus en 2018, il y a un OLNI (Objet Littéraire Non Identifié) que j'avais très envie de découvrir... et comme le Père Noël est quelqu'un d'hyper bien câblé, le livre m'attendait au pied du sapin. Aujourd'hui, je vous parle de Bonheur TM de Jean Baret, premier livre de la trilogie Trademark, une curiosité littéraire qui ne peut pas laisser indifférent (surtout avec la magnifique couv' d'Aurélien Police). Vous pouvez d'ailleurs retrouver une très intéressante interview de l'auteur sur le blog de Le Bélial': très instructif !


Demain. Quelque part dans la jungle urbaine… Il ouvre les yeux. Se lève. Y a du boulot… « Avez-vous consommé ? » Il contemple l’hologramme aux lettres criardes qui clignotent dans la cuisine sans parvenir à formuler la moindre pensée. « Souhaites-tu du sexe oral ? » La question de sa femme l’arrache à sa contemplation. Il réfléchit quelques secondes avant de refuser la proposition : il a déjà beaucoup joui cette semaine et il n’a plus très envie. Sans oublier que le temps presse. Sa femme lui demande de penser à lui racheter une batterie nucléaire. Une Duracell. Il hoche la tête tout en avalant son bol de céréales Weetabix sur la table Microsoft translucide qui diffuse une publicité vantant les mérites d’une boisson caféinée Gatorade propice à l’efficacité. Il se lève, attrape sa femme, lui suce la langue pendant de longues secondes, puis enfile sa veste Toshiba – son sponsor de vie – et se dirige vers la porte. Dans le ciel encombré, sur les façades des tours, sur le bitume, ou simplement à hauteur d’homme, des milliers d’hologrammes se déplacent lentement au gré de courants invisibles au cœur des monades grouillantes. Flic. Section des « Crimes à la consommation », sous-section « Idées ». Veiller à la bonne marche du monde, telle est sa mission. Autant dire que la journée promet d’être longue.


Avez-vous consommé aujourd'hui ? Consommé est un devoir civique. Ne pas consommer est passible d'une amende - Art. L.643-2 ter du Code de la consommation.

Voilà le crédo qui suit le lecteur tout au long de Bonheur TM. Dans un futur plus ou moins lointain (voire demain), la société de consommation est devenue l'axe central de la vie des citoyens (n'est ce pas déjà le cas ?). Consommé est un devoir civique, une obligation légale pour chacun, un monde ultra-libéral où faire marcher l'économie est le devoir de tout citoyen. Un monde à la fois proche du notre et en même temps étranger. Afin de mettre un pied dans ce monde, Jean Baret nous propose de suivre Toshiba, policier, section des "crimes à la consommation"... autrement dit Toshiba enquête sur les personnes dont le profil de consommation montre des anomalies... Un boulot nécessaire et prenant. Les noms ne sont plus utilisés, chacun portant le nom de son sponsor de vie dont le slogan apparait alors sur ses vêtements. Toshiba porte donc le slogan de son sponsor : Leading Innovation et celui du sponsor de son service Pepsi : Think different, Think Pepsi.

— Tu ne trouves pas que c’est quand même un paradoxe ?
[…]
— Hein ? Qu’est-ce qui est un paradoxe ?
— Ben, le fait que travailler est nécessaire pour qu’on ait un pouvoir d’achat suffisant, mais que travailler ne nous laisse pas assez de temps pour consommer !
— Ah… Ouais en effet… Tout est une question d’équilibre. Consommer, c’est aussi donner du travail aux autres. Te faire plaisir en t’achetant tout ce que tu veux, c’est la garantie d’un taux de chômage faible.
— Oui, mais reconnais qu’avec le boulot qu’on a, c’est pas toujours facile.
— Personne n’a dit que ça le serait.

Jean Baret nous fait suivre son personnage jour après jour avec une volonté d’imprégner le lecteur de cette vie où consommer est le centre de tout. Et ça marche, même très bien ! Suivre la vie de Toshiba entre son appartement, son boulot et son appartement a rendu la lectrice que je suis très mal à l'aise. On découvre, page après page, par un jeu de style tout en répétitions, la vacuité de cette existence. C'est perturbant... et même relativement effrayant ! Mais également fascinant. Jean Baret, en 340 pages, arrive à parler d'un nombre incroyable de sujets : religion, transhumanisme, génie génétique, exclusion, liberté individuelle et bien sur du bonheur... car le bonheur est "notre droit le plus stricte", chacun à droit au bonheur et doit pouvoir l'atteindre en consommant comme il l'entends. La preuve ? Notre personnage principal est officiellement marié à un robot... et son coéquipier, en tant que surhumain, peut passer sa journée à se toper sans que personne ne trouve à y redire.
"Souhaites-tu du sexe oral ?"
La question de sa femme l'arrache à sa contemplation. Vêtue de sa robe de chambre Dunlopillo, elle pose un bol de céréales d'insectes Weetabix sur la table Microsoft au verre translucide qui diffuse une publicité vantant les mérites d'une boisson caféinée Gatorade propice à une journée de travail efficace.
Il réfléchit quelques secondes, mais il a déjà beaucoup joui cette semaine et n'a plus envie.

La société de consommation menée à son paroxysme où tout peut être un business : un problème de surpopulation ? La fondation Bill & Melinda Gates vous propose de faire un don à leur association qui sous couvert de vaccination propose de stériliser des millions d'africains, tout ceci dans un soucis du bien être de chacun. Vous voulez lutter contre le Khalifat mondial ? Bono vous propose de participer à une OPA agressive afin de racheter les petits états qui composent le Khalifat et ainsi le faire reculer... Une vision extrêmement dérangeante de notre futur, dérangeante et assez navrante il faut bien le dire, surtout que le récit de Jean Baret sonne presque trop "juste" par rapport au monde économique actuel : reste à enlever quelques tabous moraux et ce monde "futuriste" pourrait bien être le notre.


Il visionne des récapitulatifs de la War Zone pour se faire une opinion. La dernière tendance porte manifestement sur l'Amérique du Sud. Des bookmakers avisés estiment que le Paraguay et la Bolivie vont se livrer à un reboot de la guerre du Chaco. Toshiba n'est pas fan de ces remakes de grands classiques, mais manifestement il y a des crédits à gagner dans cette histoire, aussi décide-t-il de miser sur une attaque de la Bolivie.
Il avait parié que le Vietnam compterait le plus de morts, rapport à l'offensive birmano-soviétique d'hier, mais c'est un obscur conflit de l'Europe de l'Est qui l'emporte. Ce résultat totalement inattendu est la conséquence d'un bombardement massif qui a ras une ville dont il ne connaissait pas l'existence jusqu'à ce jour.


Je pense que par certains cotés, notamment avec son style souvent répétitif, ce livre peut rebuter certains lecteurs. Et pourtant, la richesse de ce premier tome de la trilogie Trademark est hallucinant. Jean Baret utilise sa plume sans complaisance pour démontrer l'absurdité d'une société qui prône la liberté individuelle tout en contrôlant le temps libre de chaque individu : l’oisiveté est un délit, le temps libre de chacun doit être utilisé pour consommer. La pub est omniprésente, partout et tout le temps... de quoi devenir agoraphobe rapidement.

Un détails que j'ai particulièrement aimé : à chaque fois que les personnages prennent l’ascenseur, il se retrouvent au milieu d'un talk show d'actualité : The Shot Heard Round the World. Les sujets sont différents à chaque émission et en quelques lignes, l'auteur nous présente un sujet de société. Je trouve l'exercice particulièrement réussi car ce talk show donne énormément de détails sur le monde dans lequel le récit prend place.


Travail - Consommation - Bonheur
C'est simple : votre temps de cerveau disponible est primordial pour le fonctionnement de l'économie. Consommer est un devoir civique. Mais des courants subversifs poussent certains à l'oisiveté, à passer du temps sans consommer, et mettent au point des systèmes élaborés de tricherie.

Au final, Bonheur TM est une lecture top. Un OVNI littéraire dérangeant mais visionnaire. Jean Baret nous propose un récit d’anticipation présentant l'absurdité d'une société où le travail et la consommation sont des vertus cardinales... toute ressemblance avec un société actuelle serait fortuit... vraiment ? Une chronique difficile à écrire tellement ce livre est riche en réflexions sur notre société, les thèmes abordés étant également particulièrement nombreux. Je pense qu'on ne peut pas ressortir de cette lecture sans un léger sentiment de malaise. Je le dis rarement, mais je trouve que ce livre est une lecture à ne pas rater... Je ne sais pas ce que nous réserve l'auteur dans les deux tomes suivants mais je les lirai avec beaucoup de curiosité mais aussi une petit appréhension... due à ces auteurs qui tapent parfois "trop juste" dans leur manière d’abordés des thèmes d'actualité.


You May Also Like

16 commentaires

  1. Un roman qui marque, qui dérange en effet...
    Mais c'est surtout et un roman qui fait réfléchir et qui questionne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement ! Peut etre que je ne le dis pas suffisamment clairement mais c’est clairement un roman qui nous fait nous remettre en question !

      Supprimer
    2. Wouah... j’ai appris un nouveau mot 😁 plus qu’à le placer dans une conversation, ca fera classe 😎

      Supprimer
  2. Tu as peut être eu du mal à écrire cette chronique et pourtant tu t en sors avec brio. J'ai beaucoup aimé ce roman pour ses réflexions sur notre monde moderne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci 😊
      Oui, j’ai trouvé le choc de la lecture assez intense pour faire reflechir sur nos habitudes.... c’est vraiment un livre ovni passionnant ! D’ailleurs c’est grace a ta chronique et a celle de Yogo que je me suis dis qu’il fallait que je le lise 😉

      Supprimer
  3. Je ne connaissais pas mais ça a l'air vraiment particulier et intéressant! Donc pourquoi pas :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tres interessant ! Pas un recit classique mais une vraie reflexion sur notre société 😉

      Supprimer
  4. Le sujet me botte, mais le style me rebute. J'avais lu la nouvelle dans Bifrost, et le premier chapitre, cela ne passe vraiment pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est à mon sens le seul point qui peut vraiment rebuter un lecteur... le style répétitif... mais le nombre de thèmes abordés et les vues de l'auteur sur l'évolution de notre société sont tout de même passionnant ^^

      Supprimer
  5. J'ai essayé et je n'ai pas pu. Ce n'est ni le style, ni la noirceur du monde, mais la violence qui m'a bloquée : j'ai abandonné à la scène avec les sdf, après celle avec sa femme c'était trop.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends completement, c’est des passages avec lesquels j’ai eu du mal... surtout ceux avec sa femme...

      Supprimer
  6. Il est vraiment intéressant ce roman !
    Super chronique en tout cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci 😊
      Apres ce premier tome j’ai vraiment hate de lire les deux autres tomes de la trilogie !

      Supprimer
  7. Il est noté dans un coin, la thématique me parle beaucoup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le sujet est clairement d'actualité !
      Perso j'ai hate de savoir ce que nous réserve la suite ;)

      Supprimer