💀 Vie ™ de Jean Baret

by - mardi, décembre 24, 2019

DeuxiĂšme tome de la trilogie Trademark, Vie de Jean Baret nous propose comme Bonheur une nouvelle vision de notre avenir par trĂšs rĂ©jouissante. Pouvant ĂȘtre lu de maniĂšre totalement indĂ©pendante de Bonheur , Vie est lui aussi un vrai coup de poing dans la tronche du lecteur.

Sylvester Staline, citoyen X23T800S13E616, tourne des cubes colorĂ©s. Un boulot qui en vaut bien un autre, au fond, et qui a ses avantages. Son compte en banque affiche un solde crĂ©diteur de 4632 unitĂ©s. Et si son temps de loisirs mensuel est dĂ©biteur de huit heures, son temps d’amitiĂ© restant Ă  acheter est dans le vert. Sans mĂȘme parler de son temps d’amour : plus de quarante-trois heures ! Une petite anomalie, c’est sĂ»r ; il va falloir qu’il envisage de dĂ©penser quelques heures de sexe… Mais de lĂ  Ă  ce qu’un algorithme du bonheur intervienne ? Merde ! À moins que cela ait Ă  voir avec cette curieuse habitude qu’il a de se suicider tous les soirs ? Il n’y a jamais trop songĂ©, Ă  vrai dire… Sylvester ne le sait pas encore, mais il pourrait bien ĂȘtre le grain de sable, le V de la vendetta dans l’horlogerie sociale du monde et ses dizaines de milliards d’entitĂ©s. D’ailleurs, les algorithmes Bouddha et JĂ©sus veillent dĂ©jĂ  sur lui…


Le citoyen  X23T800S13E616 alias Sylvester Staline est un citoyen lambda. Il est tourneur de cubes colorĂ©s de profession, possĂšde une Ted qui le rĂ©gĂ©nĂšre chaque nuit, une table de nuit sur laquelle il rĂ©cupĂšre ses lentilles AugEyez et ses Ă©couteurs AugEars Ă  chaque rĂ©veil, un fauteuil dans lequel il passe ses journĂ©es dans un monde virtuel oĂč il peut accĂ©der Ă  des forums, des hubs personnels ou public, des portails et toutes les activitĂ©s mises Ă  sa disposition (moyennant finances et crĂ©dit temps). Il a un compte en banque lĂ©gĂšrement crĂ©diteur et des comptes loisirs, amour et amitiĂ© Ă  dĂ©penser chaque mois, un temps de travail Ă  vendre et un temps de sommeil Ă  acheter chaque jour.
Et mĂȘme si son compte loisirs est dĂ©biteur alors que son compte amour est quant Ă  lui beaucoup trop crĂ©diteur, Sylvester ni fait pas vraiment attention : il a un ami dont il peu acheter le temps d'amitiĂ© et dĂ©penser quelques heures de sexes ne doit pas ĂȘtre si difficile que ça, pas de quoi en faire tout un plat selon lui mais ça ne semble pas ĂȘtre l'avis de l'algorithme de bonheur qui essaye d’attirer son attention dans un coin de son champ de vision. Mais de quoi se mĂȘle-t-il celui-lĂ  ? Cela a peut ĂȘtre un rapport avec l'habitude qu'il a prise de se suicider chaque soir ?


Jean Baret utilise le mĂȘme style d'Ă©criture dĂ©jĂ  utilisĂ© dans Bonheur ™. Un style rĂ©pĂ©titif et lancinant qui page aprĂšs page enferme son lecteur dans une vie sans but, improductive et solitaire. L'enfer c'est les autres disait Sartre mais dans Vie ™ l'enfer c'est la vie. Une vie gouvernĂ©e par les algorithmes capables d'auto-remplir des formulaires en votre nom pour vous expliquer ce dont vous avez besoin, de vous proposer des sĂ©minaires de religion nihiliste pour vous aider Ă  trouver le bonheur et de vous imposer des travaux d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral quand vous n'avez pas su correctement gĂ©rer vos temps d'amour et d'amitiĂ©.


Rapidement dans la coin gauche de sa vision, un petite image clignote. C'est son ami à louer WM23456YY12, qui veut continuer leur amitié tarifiée 200 creds de l'heure, et il cligne.


Un roman bourrĂ© de rĂ©fĂ©rences culturelles, sociologiques et philosophiques (que je n'ai certainement pas toutes relevĂ©es) car oui le style est rĂ©pĂ©titif mais d'infime variations s'invitent constamment dans ce rĂ©cit comme pour dire au lecteur : vous suivez ? Jean Baret nous dĂ©crit une sociĂ©tĂ© sclĂ©rosĂ©e dans son fonctionnement, strictement Ă©galitaire, hautement technologique mais oĂč pratiquement aucune crĂ©ation n'est possible. Tout n'est que rĂ©utilisation et dĂ©tournement des contenus culturel des siĂšcles passĂ©s en tĂ©moigne les noms des citoyens : Sylvester Staline, Simone de Bavoir, Georges Bouche et les reconstitutions hystĂ©riques que notre citoyen apprĂ©cie particuliĂšrement tout comme les vieilles licences Star Wars ou La petite maison dans la prairie . Tout, absolument tout, est marketĂ© dans le monde de Jean Baret, mĂȘme Bouddah et JĂ©sus Christ, que vous pouvez louer sous forme d'Ă©mulateur.


... il cligne sur une des images et ça lance le jingle Epic Rap Battle of history et la vidĂ©o envahit son champ de vision et on voit une reconstitution des mĂ©faits de Hitler d'un cotĂ© et de Darth Vader de l'autre et, sur fond d'images d'archives numĂ©risĂ©es en trois dimensions, il se retrouve au milieu d'un reportage sur la seconde guerre mondiale qui parvient en cinq minutes, Ă  grand renfort de musique rythmĂ©e, Ă  retrascrire Ă  tout vitesse le pourquoi et le comment de cet Ă©pisode traumatique du milieu du 14e siĂšcle hĂ©girien ou encore du 20e siĂšcle grĂ©gorien, puis, pour permettre au spectateur de prendre la mesure de ce grave moment historique, s'enchaine la comparaison avec Darth Vader , le dictateur des films Star Wars , et s'ensuit un rĂ©capitulatif rigolo des nombreux mĂ©faits du personnage, prĂ©sentation qui permet en cinq minutes de comprendre le pourquoi do comment Dath Vader est devenu si monstrueux, puis un long parallĂšle est organisĂ© pour forcer le spectateur Ă  s'interroger sur ce qui est le plus grave , les camps de concentration ou l’Étoile Noire .


Mais d'ailleurs en quel siĂšcle est-on ? Que se passe-t-il Ă  l'extĂ©rieur ? Qui sont les gouvernants : prĂ©sident, reine ou empereur ? Ce sont les questions qui vont peu Ă  peu germer dans l'esprit du citoyen X23T800S13E616 et qui vont transformer notre citoyen lambda en grain de sable dans les rouages des algorithmes. L'information ne semble pas bloquĂ©e dans ce monde mais elle n'est juste pas attirante pour la quasi-totalitĂ© des personnes... Ă  quoi bon savoir ce qui se passe Ă  l’extĂ©rieur quand tout ce dont on est censĂ© avoir besoin est Ă  portĂ©e de clique ?

"J'ai une question."
AussitĂŽt un algorithme apparaĂźt, ĂȘtre chauve et sans visage revĂȘtu d'un costume noir, chemise blanche, cravate noire qui dit :
"Bonjour citoyen X23T800S13E616. Je suis l'algorithme 693467796957927 mais vous pouvez m'appeler ALGO 693. Que puis-je pour votre service ?"
Sylvester dit :
"Je souhaiterai connaĂźtre la distance entre ces deux zones."
Il pointe machinalement du doigt la suite de caractĂšres sur laquelle il cligne, et ALGO 693 dit :
"La distance entre les zones est de 38283 kilomĂštres."
Plus de trente-huit mille kilomÚtres ? Ca fait une sacrée distance. Tant qu'à avoir affaire à un algorithme, il dit :
"Et... euh, qui est le chef de ces zones ?"
ALGO 693 dit :
"La zone ZknR4247L5FjK9Qbqey8 est autocentrée. La zone MXrb59HLA6Zb59hr67tL est bicamériste symbiotique à vocation logarithmique."


Page aprÚs page, Jean Baret, à force de répétition narrative, m'a rendu complÚtement claustrophe. On sent l'univers se rétrécir et vous coller à la peau sans aucune échappatoire, le malaise grandit chez le lecteur et on finit par se demander mais à quoi bon ? Et arrive le final... qui m'a prise complÚtement à contre pied et que j'ai trouvé géniale dans sa simplicité. Vie reste pour moi une lecture dérangeante de bout en bout, entre Les monades urbaines de Robert Sylverberg et la trilogie Matrix, mais qui fera partie des livres qui auront marqué mon année 2019. Un roman encore une fois hors des sentiers battus qui parle du futur de notre société d'une maniÚre aussi oppressante que déprimante ! Un livre coup de poing qui ne peut pas laisser indifférent.

Remember, remember the fifth of November.


You May Also Like

7 commentaires

  1. Excuse-moi, mais est-ce que tu n'en aurais pas eu quelque chose Ă  foutre de ce livre ?
    (oui, je tente des références sans avoir lu le livre, je suis comme ça ; comme quoi lire, ça ne sert vraiment à rien. =P)

    RĂ©pondreSupprimer
  2. Il devrait ĂȘtre lu en 2020... je suis curieux aprĂšs la claque Bonheur !

    RĂ©pondreSupprimer
    RĂ©ponses
    1. Une autre claque dans la tronche qui t’attend 😁 mais dans un autre style !

      Supprimer
  3. Je n'avais pas pu continuer Bonheur, alors je ne pense pas tenter celui-ci.

    RĂ©pondreSupprimer
    RĂ©ponses
    1. Oui je me rappelle.
      Vie TM est beaucoup moins violent que Bonheur TM si jamais tu changes d’avis 😉

      Supprimer
  4. MĂȘme si je n'avais rien Ă  foutre de Bonheur, ce Vie me donne beaucoup plus envie.

    RĂ©pondreSupprimer