Coup de coeur pour la cité exsangue de Mathieu Gaborit

by - jeudi, mai 31, 2018

Il y a peu, les éditions Mnémos m’ont propose de recevoir en SP le dernier livre de Mathieu Gaborit. J’avoue j’ai hésité... mon petit coté superficiel était tombé amoureux de la couverture de Daniel Balage mais je n’avais jamais lu de livres de Mathieu Gaborit et notamment Abyme. Je n’étais du coup pas sure de pouvoir lire ce livre. Mais on m’a rassuré en me certifiant que ce premier tome d’un nouveau cycle, bien que dans le même univers, pouvait se lire indépendamment des précédents. J’ai donc dis oui avec joie, ravie de pouvoir découvrir la plume de Mathieu Gaborit dont j’ai beaucoup entendu parlé et maintenant il faut que je vous écrive une super chronique pour vous faire comprendre à quel point ce livre est excellent.

Les nouveaux mystères d'Abyme tome 1 : La cité exsangue de Mathieu Gaborit paru aux éditions Mnémos

Abyme, ville merveilleuse et baroque, est aussi l’unique cité des Royaumes crépusculaires où les peuples mortels peuvent cohabiter avec les démons et leurs seigneurs infernaux… Jusqu’à aujourd’hui. Après dix ans d’absence, Maspalio, farfadet flamboyant et ancien Prince-voleur de renom revient dans sa cité de coeur sur une énigmatique injonction de son ancienne amante Cyre. Mais dès son arrivée, rien ne se passe comme prévu. Abyme a changé et souffre d’une mystérieuse affliction. Aspiré dans un tourbillon de mésaventures, l’arrogant Maspalio devra se révéler d’une improbable humilité pour venir à bout des fléaux qui s’abattent sur lui et les siens…

Cher lecteur, bienvenue à Abymes !



Aux portes de la ville d'Abyme se tient Maspalio. Après 10 ans d'exil loi de cette ville qu'il chérit tant, le farfadet ancien Prince-Voleur, est de retour à la demande d'une amie très chère. Cependant, alors que Maspalio s’apprête à retrouver une ville dont il connait le fonctionnement par cœur et qui lui ressemble, il est stoppé net dans son élan à la porte d'Abyme ! A partir de ce moment, le retour à Abyme va ressembler à un long chemin de croix pour Maspalio entre désillusions et incompréhension. Le farfadet va devoir naviguer à vue dans cette ville en pleine transformation qui n'est plus que le fantôme de la ville de sa jeunesse.


De la difficulté de mettre ses idées en ordre



Quand j'ai un gros coup de cœur pour un livre, j'ai toujours beaucoup d'appréhension à écrire ma chronique. J'aimerai tellement vous faire partager mon expérience et vous donner envie de le découvrir que je ne sais plus comment ranger mes idées ni par où commencer. Bon on respire bien profondément et on se lance.


Deux personnages, une symbiose



La cité exsangue de Mathieu Gaborit, premier tome du cycle Les nouveaux mystères d'Abyme, c'est avant tout deux personnages. Deux personnages incroyablement liés, une symbiose aussi étonnante que discordante et qui frappe le lecteur dès les premières lignes. Entre Maspalio et Abyme, l'histoire a été longue et profonde et la séparation surement déchirante. Quand Maspalio décide de revenir dans cette ville qui a gravé sur lui sa marque, la prise de conscience des changements qui se sont opérés est violente pour la farfadet. A partir de ce point, l'auteur n'aura pas de pitié pour son héros qui subira de plein fouet les conséquences de son retour et cela jusqu'à toucher le fond de la plus froide geôle d'Abyme.


En plongeant dans le chaos des mendiants tassés comme des dévots, j'agissais en connaissance de cause. Me laissant engloutir comme un nageur frondeur, je sentis une force lointaine couler dans mes veines. Même si mes réflexes vivaient un printemps raboté par les dix années passées loin d'Abyme, j'adoptai sans trop de difficulté l'attitude requise : un bras replié devant le visage, coude levé en étrave, les épaules rentrées, les pieds toujours en mouvement afin d'épouser les courants de la foule et, pour finir, une main libre pour pincer ou tordre la chair récalcitrante.

Mathieu Gaborit, ce magicien des mots



Les mots de Mathieu Gaborit m'ont littéralement transporté à Abymes aux cotés de Maspalio avec ce récits écris à la première personne. Une fois les premières lignes lues, qu'il a été difficile de refermer la cité exsangue ! Je n'ai d'ailleurs mis que deux jours pour arriver au bout des quelques 250 pages et je peux vous dire que vu mon rythme de lecture en ce moment avec un bout de chou de 8 mois, c'est limite un exploit ;) Tout ça pour vous dire que je me suis laissée prendre par la découverte d'Abyme, j'ai cherché à voir par les yeux de Maspalio, à retrouver l'histoire de cette cité aux mille facettes. Durant ma lecture, j'ai aussi compris que je n'aurais surement pas toutes les clés pour comprendre les blessures de Maspalio et les transformations d'Abyme et qu'il faudrait que je sois patiente pour que la cité se dévoile à moi au fil des pages. Mais également que je ne pourrais pas comprendre tout les détails avec ma seule lecture de ce premier tome.


Tu as prouvé ta fidélité au chaos et aux valeurs portées par les Gros. Ils ont fondé Abyme, personne ne doit l'oublier. Ils ont toujours représenté un contre-pouvoir de la démesure. Ils ont incarné... l'insensé.


La plume de l'auteur, je l'ai trouvé à la fois dure et poétique à l'image de cet univers esquissé avec talent. Un monde en nuances de gris où des pointes de couleurs vives apparaissent quand s’entrouvre devant nous une fenêtre sur l'Abyme de Maspalio. Une fantasy noire donc mais qui cache de nombreuses merveilles et qui même quand elle nous emmène dans le plus profond désespoir, arrive sans retournement de situation fantasque, à nous faire entrevoir une autre issue. J'ai aimé ce récit où l'auteur nous décrit autant qu'il nous suggère cette cité complexe et riche, mystérieuse et cosmopolite, où farfadet, lutin, trolls et nains se croisent et se heurtent dans une danse dont seule Abyme semble capable.


L'histoire d'un coup de cœur



En bref, un très gros coup de cœur pour une plume, un univers et des personnages fabuleux. Je sens que pour le moment je n'ai fait que toucher du doigt l’impressionnant univers créé par Mathieu Gaborit mais je suis pourtant sous le charme. Les retrouvailles de Maspalio avec sa cité ont été rudes mais également pleine d'émotions et le lecteur en ressent d'ailleurs un panel impressionnant : entre appréhension, peur, colère, joie et émerveillement il n'y a pas de temps mort émotionnel. En 250 pages, l'auteur nous propose un livre bouillonnant, avec une foule de personnages charismatiques et un environnement hallucinant de diversité. Que vous dire d'autre ? Je ne sais pas si ce livre est la meilleure entrée dans l'univers de Mathieu Gaborit mais je peux vous assurer qu'il vous offrira une expérience marquante. Un magnifique moment de lecture pour un récit mâtiné de Dark Fantasy incroyablement riche et magiquement bouleversant. A découvrir ? absolument !






You May Also Like

2 commentaires

  1. J'ai abîme dans ma PAL, et en plus dans une super jolie Editions. Mais je n'ai toujours pas pris le temps de le lire. C'est dommage, parce que je suis à peu près sûre que ça me plairait beaucoup. En tout cas, ton avis sur ce tome-ci, même s'il est indépendant du reste, me donne vraiment envie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens de recevoir Abyme et j'ai hate d'avoir un peu de temps pour le lire. J'ai vraiment adoré la plume et l'univers de Mathieu Gaborit ;)

      Supprimer