samedi, mai 06, 2017

La saga Origines tome 2 de Stéphane Przybylski : Espionnage et 2nde GM

Cela fait un an que j'ai découvert la saga Origines de Stéphane Przybylski qui avait été avant tout un gros coup de cœur pour une couverture et un titre qui m'avaient accroché au premier coup d’œil. Ce fut ensuite une belle rencontre avec le style d'un auteur très particulier et une uchronie travaillée au millimètre. Vous pouvez lire ma chronique du tome 1 : Le château des millions d'années sur le blog The Love Book.
Origines tome 2 : Le marteau de Thor de Stéphane Przybylski paru chez Le Bélial

Fin 1939.
La mission archéologique de l’Ahnenerbe est un échec : l’extraordinaire découverte faite dans la vallée du Nahr al-Zab-al-Saghir semble aux mains de l’ennemi anglais, et Friedrich Saxhäuser est porté disparu au large de Madère... Heinrich Himmler ne peut tolérer pareil camouflet, d’autant que ce qui a été mis au jour dans le Kurdistan irakien se révèle à ce point stupéfiant, impensable, que l’ensemble des forces en présence, à l’aube du plus grand conflit que l’humanité ait jamais connu, pourrait s’en trouver balayé... Aussi, alors que la Wehrmacht écrase la Pologne et que les Einsatzgruppen de Heydrich déchaînent l’enfer dans les rues de Varsovie, le regard des chefs nazis se tourne-t-il vers l’Ouest. Retrouver la cargaison du Siegfried est désormais crucial : l’Allemagne hitlérienne s’apprête à abattre le Marteau de Thor sur l’Angleterre...


Même en ayant lu le tome 1 il y a presque un an, je gardais un souvenirs très clair du premier tome de la saga. Il faut dire que le sujet : le début de la seconde Guerre Mondiale, le héros : un espion allemand et le lieu : l'Irak, est un cocktail que l'on ne rencontre pas entre les pages du premier livre de SF que l'on ouvre. Je suis donc repartie rejoindre Friedrich Saxhauser en Méditerranée en ce milieu d'année 1939... mais finalement c'est surtout son ami et collègue de l'Abwehr : Albretch Von Erchingen que l'on suit dans ce tome 2. Tous les deux héros de la première Guerre Mondiale, Albretch est un compagnon d'arme de la première heure de Friedrich et c'est lui qui apportera à Hitler et Himmler le rapport sur les derniers évènements survenus près de Madère. Les anglais détiennent la cargaison du Siegfried ainsi que le Dr Schmundt. Saxhauser est perdu dans les eaux de la Méditerranée... La fin de la mission de Abwehr sous couvert d'une mission de l'Ahnenerbe est un échec et l'Allemagne ne peut tolérer que ces importantes découvertes demeurent entre les mains des anglais... la riposte est donc décrétée !

Dans ce deuxième tome, Stéphane Przybylski nous prend un peu à contrepied. Alors que l'on attend presque impatiemment de retrouver Friedrich Saxhauser, le personnage principal du Château des millions d'années, il n'a, dans ce deuxième tome, qu'un rôle de second plan. Le ton de ce tome change également par rapport au premier : là où l'on avait un Indiana Jones version allemande dont on suivait les aventures, on se retrouve avec un vrai roman d'espionnage. Un jeu d'échec de la grandeur de l'Europe entre allemands et anglais où tous les joueurs se placent mais où certains ne nous sont pas encore connus.
"Où est notre frère ?
- Il s'entretient avec Saxhauser.
- Vous avez laissé l'humain apercevoir notre astronef ?
-Non. Notre frère lui projette une image mentale : Sahauser verra ce qu'il a envie de voir.
- Et de quoi s'agit-il ?
- L'atelier de peinture d'une de ses conquêtes, à Munich.
- Intéressant... Je ne pensais pas qu'il puisse être sentimental. "
Le marteau de Thor n'est clairement pas un roman d'action. Cependant, si l'on avait encore un doute à la fin du Château des millions d'années, nous avons bien affaire à un livre de SF dans un style uchronique très poussée. Stéphane Przybylski est un maitre du détails, le fond historique de sa tétralogie est d'une richesse incroyable. Outre ce fond historique très détaillé qui chaque fois me ravie, ce que j'adore dans le style de l'auteur c'est sa construction de récit si particulière. Des chapitres courts, entre moments actuels, souvenirs et voyage dans le temps, l'auteur passe également aisément d'un personnage à l'autre. Il déroule son récit sur la seconde moitié de 1939 tout en donnant de plus en plus de détails sur les faits qui ont amenés à ces évènements pour chacun de ses personnages. Des allés-retours dans le passé et l'avenir qui étoffe ce récit en nous donnant des clés sur la politique de chaque pays, sur l'idéologie nazis et sa genèse mais aussi sur les situations qui ont amenés nos personnages à leur situations actuelles.
C'est en lisant Mein Kampf que Maud Alten s'était éprise du Führer et ses idées. Au fil des pages, le style indigeste, les démonstrations tortueuses et les méandres obscurs dans lesquels se perdait la pensée du futur maître de l'Allemagne lui étaient apparus comme autant d'obstacles à franchir sur la route de la félicité ; un passage obligé, une quête initiatique pour comprendre et embrasser l'idéologie qui résoudrait tous les problèmes de son époque.
C'est cette alternance dans l'écriture très bien dosée et très bien construite qui porte ce tome 2, qui malgré un rythme plus lent que le tome 1, se lit encore plus facilement, un vrai page turner ! Il manque cependant un peu de surprise dans ce récit, la où le tome 1 nous tenait en haleine sur le coté SF de la saga, ce tome 2 est plutôt linéaire, on attend finalement le tome 3 pour voir dans quelle direction l'auteur va nous mener.

Une très bonne lecture, j'aime décidément beaucoup le style de Stéphane Przybylski. Sa construction de récit si original et le fond historique incroyablement détaillé qui porte cette uchronie de manière magistrale. Ce deuxième tome est moins marqué action que le premier et garde un rythme assez lent mais le coté espionnage est prenant et nous tient en haleine. J'attends de pouvoir m'attaquer au tome 3 pour voir l'arrivée dans cette échiquier des américains... sachant que le tome 4 de cette tétralogie devrait paraitre en Septembre 2017 !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire